16 façons de faire du vélo

Y a-t-il réellement 16 façons de faire du vélo ?

Savez-vous combien il y a de façon de faire du vélo ? 

En fait, j’en ai répertorié plus de 40, enfin… 45 pour être très précis.

C’est dingue, non ?!

Dans cet article, je vais vous en dénombrer 16.

Pourquoi 16 et non pas 30, voire les 45 ?

Tout simplement, parce que j’ai sélectionné uniquement toutes les manières qui peuvent être pratiquées par monsieur et madame tout le monde, et je me compte dans le lot.

Lesquelles ?

#1 – Vélo Tous Chemins (VTC)

Les Vélos Tous Chemins sont des vélos polyvalents, un mixte entre les VTT et les vélos de route.

Ils empruntent les composants, les géométries des VTT et les roues des vélos de route, donc, un compromis entre ces deux pratiques.

Qui dit compromis et polyvalence dit parfois manque de performance en tout terrain, ou sur bitume.

Ces vélos ne sont toutefois pas adaptés pour une pratique tout-terrain à l’inverse des chemins relativement roulants.

vélo tous chemins

#2 – Vélo Tout-Terrains (VTT)

Randonnée :

Le VTT est très apprécié pour les randonnées ; c’est la pratique préférée d’un grand nombre de vététistes.

La randonnée permet une approche de la nature en dissociant activité sportive et recherche de performance.

Elle se pratique soit de façon individuelle, ou en groupe, en suivant des parcours balisés ou des cartes, soit en participant à des évènements organisés par des clubs.

Cross-Country :

Si vous souhaitez vous inscrire dans un club pour changer de niveau dans la catégorie VTT, alors cette pratique privilégie l’endurance et la variété des terrains rencontrés sur le parcours, ce qui permet de mettre en avant les qualités techniques et physiques du pilote.

Le parcours s’effectue en autonomie complète sans aide extérieure et interdiction de bénéficier d’une assistance mécanique ni de changer de vélo pendant la durée de l’épreuve et le port du casque est obligatoire.

vélo tout-terrains

#3 – Le Fat Bike

Les Fat Bikes sont apparus au cours des années 2000 en Amérique du Nord par son concepteur Mark Gronewald.

Le principe de ces vélos est une portance optimisée par des pneus de très grosses sections (jusqu’à 5 pouces) très peu gonflés (moins de 1 bar de pression).

Initialement cantonnés aux grands espaces enneigés, ils sont depuis quelques années aussi utilisées sur les plages, dans de la boue très liquide, et toutes les conditions de roulages extrêmes : sols rocailleux, tourbeux…

L’adhérence et le confort améliorés, le pilote se sent pousser des ailes sur ces vélos hardtail, un ressenti impossible à obtenir avec un VTT à petits pneus, même avec des roues de 29″.

Le phénomène Fat Bike, arrivé depuis peu en Europe, se développe et beaucoup de fabricants proposent déjà plusieurs gammes dédiées pour une pratique sur :

  • La neige
  • La plage
  • Les cailloux
fat bike

#4 – Bicycle Motocross (BMX)

À sa naissance en Californie au cours de l’année 1968, le BMX était destiné aux enfants des pilotes de motocross qui leur permettait de rouler sur des vélos allégés de tous les accessoires superflus afin de pouvoir franchir des bosses déjà très hautes pour leur jeune âge.

Séduisant aussi bien les adolescents que les adultes, cette pratique se développa très rapidement en Europe.

Au fil du temps, cette discipline s’est segmentée en différentes pratiques :

  • La Race
  • Le Flat
  • Le Freestyle
  • Le Dirt
  • Le Street
  • La Vert
  • Le Trail
BMX

#5 – All-Mountain

Cette discipline est non pratiquée en compétition et s’apparente à la randonnée sportive.

Les vélos sont suspendus à l’avant et à l’arrière et légers en poids : 12 à 14 kg.

Les freins sont puissants et les suspensions ont une dimension d’environ 140mm de débattement avec la possibilité de les bloquer, car ils doivent savoir aussi bien grimper des pentes raides que les descendre.

C’est le vélo idéal pour une pratique polyvalente qui peut quasiment tout faire.

Le terrain de prédilection est la moyenne et la haute montagne.

all-mountain

#6 – L’Enduro

Terme récupéré à la discipline moto, l’enduro est une pratique qui se situe entre la descente et la randonnée.

L’enduro se pratique sur des parcours techniques à profil descendant, bien que cela n’empêche pas d’être confronté à quelques ascensions sur les parcours.

On associe généralement l’enduro à la montagne. Les VTT d’enduro doivent être performants en descente tout en restant polyvalents et confortables.

Des compétitions ayant pour appellation – rallyes enduro – apportent à cette pratique le chronométrage sur des séries de parcours appelées – spéciales -, comme en rallye automobile, mais avec facultativement des étapes de liaison, incluant des montées.

enduro

#7 – Le Dirt

Le Dirt est une pratique plutôt acrobatique du VTT ; l’objectif est de réaliser des figures difficiles en prenant son envol sur une bosse en terre suffisamment raide pour que le pilote puisse s’éjecter assez haut pour avoir le temps d’exécuter des enchaînements de figures.

Les combinaisons peuvent être les suivantes :

  • Backflip
  • Frontflip
  • Can-can
  • X-up
  • Table-top
  • One-foot
  • No-foot
  • No-hand
  • Suicide
  • Condor
  • Superman Seatgrab
  • Tailwip, 3-6

Autant de termes à connaître pour rester dans le coup et comprendre les pratiquants de ce sport.

Lors des concours organisés, les juges évaluent les pilotes sur leur audace, leur technique, leur maîtrise des figures et la générosité dans la pratique.

le dirt

#8 – Le Street

Quand la pratique du Dirt envahit le milieu urbain, cela devient – le Street -.

Escalier, marche, rambarde, banc… c’est à chacun de détourner l’utilisation de ce qui se présente dans son environnement pour faire des figures en l’air ou au sol.

Dans la même mouvance et la même culture que le skate, le Street permet de s’éclater en ville, dans la rue, mais aussi en Skate Park, et permet de repousser les limites de la gravité.

le street

#9 – Le Cyclotourisme

Le Cyclotourisme consiste à découvrir des sites, des paysages, des lieux et/ou d’aller à la rencontre des populations en utilisant le vélo comme moyen de locomotion.

le cyclotourisme

#10 – Le Triathlon

Nota : je rencontre de plus en plus de sportifs amateurs qui souhaitent participer à une compétition de Triathlon ou s’entrainent déjà pour ce futur défi malgré l’exigence que demande cette spécialité.

Le triathlon est une discipline sportive qui consiste à enchaîner trois épreuves :

  • La natation (eau) : généralement en eau libre, c’est-à-dire en dehors d’une ambiance rassurante d’un bassin de natation avec lignes d’eau et marques au fond.

L’épreuve peut avoir lieu en mer, en lac ou en étang, voire parfois en rivière.

  • Le cyclisme (air) : le plus souvent sous forme d’un contre-la-montre individuel, donc exempt d’abri du peloton.

Chaque coureur doit respecter un écart de sept mètres avec le concurrent qui le précède et les dépassements s’effectuent avec un écart latéral de trois mètres.

  • La course à pied (terre) : il s’agit d’une course de fond sur route ou sur chemin.

Les distances varient selon les compétitions.

L’épreuve reine du triathlon est l’Iron Man.

Le sportif doit parcourir : 3.8 km de natation, 180 km de vélo et un marathon, soit plus de 42 km de course à pied.

La plus prestigieuse en matière de réputation est celle d’Hawaii.

le triathlon

#11 – La Course sur Route

Quatre types de segmentations sont liés à la course sur route.

1– Les grands Tours :

  • D’Italie (Giro)
  • D’Espagne (Vuelta)
  • De France (Tour)

Ces épreuves se déroulent durant plusieurs semaines, et comportent de multiples étapes. Les coureurs sont classés individuellement, et par équipes.

2– Les critériums :

  • Le critérium de Lisieux (Dijon)
  • Bol d’or des Monédières (Corrèze)
  • Le critérium du Dauphiné (par étapes)
  • Etc.

3– Les courses d’une journée longue distance :

  • Paris-Roubaix
  • Liège-Bastogne-Liège
  • Etc.

4 – Les courses en ville ou sur circuit :

  • Championnats du monde
  • Jeux Olympiques
  • Etc.
la course sur route

#12 – Le Vélo Urbain

Comme son nom l’indique, cette pratique a lieu en ville.

La position du cycliste est beaucoup plus droite que sur un VTT ou un vélo de route, l’assise est confortable, le freinage adapté.

Le cadre est robuste, car la bicyclette permet le transport du pilote, mais aussi bien souvent un chargement : affaires de rechange, courses, enfant…

C’est le vélo de tous les jours, compte tenu des distances et des fréquences d’utilisation.

vélo urbain

#13 – Le Vélo à Assistance Électrique (VAE)

Le Vélo à Assistance Électrique est une bicyclette équipée d’un moteur électrique auxiliaire et d’une batterie rechargeable.

Les V.A.E. existent depuis les années 1930 avec le premier modèle de série – EMI/Philips de 1935/37 -.

Ils sont réapparus vers la fin des années 1970 pour connaître depuis l’an 2000 un regain d’intérêt grâce à l’évolution de leurs performances liées à celles des batteries.

Contrairement aux cyclomoteurs ou aux trottinettes électriques qui possèdent rarement des pédales, la batterie du vélo à assistance électrique n’envoie son énergie au moteur que pour amplifier le mouvement du pédalier : il s’agit donc d’une assistance discrète et limitée sans engendrer une modification de la fonction première du vélo.

Un vélo électrique dont l’assistance se déclencherait sans que l’on pédale est considéré en Europe comme un scooter et est soumis à des contraintes réglementaires plus importantes. En France un tel véhicule doit être assuré et nécessite le port du casque.

Dans un premier temps urbain ces vélos se retrouvent également dans les différentes pratiques sportives suivantes :

  • Route
  • Fitness
  • VTT
  • Descente
  • Etc.
vélo à assistance électrique

#14 – Le Vélo Couché

La principale caractéristique du vélo couché est la position semi-allongée du conducteur reposant sur un siège ergonomique qui soutient parfaitement le dos tout en pédalant avec les pieds surélevés (en avant du vélo, les jambes à l’horizontale).

Le cycliste repose sur une assise large améliorant grandement le confort du conducteur.

Le poids du corps est réparti sur une surface plus importante, ce qui permet d’éviter de nombreux problèmes de douleurs au dos, aux mains, au cou, et surtout du siège qui est une récurrence chez les cyclistes traditionnels.

le vélo couché

#15 – Le Beach Cruiser

Littéralement – Vélo de Plage -, le Beach Cruiser est un vélo né aux USA, et a connu un essor dans les années 1950 avec l’explosion du surf en Californie.

C’est un vélo utilitaire, très confortable, qui permet au surfeur de transporter ses affaires et sa planche de surf qu’il cale sous le bras et qu’il pose sur le guidon extralarge, ou de faire ses courses, ou simplement de frimer en bord de mer.

Il est souvent à monovitesse, à rétropédalage, ou à moyeu à vitesses intégrées. Toutes les commandes se font d’une main.

La position à la cool permet une conduite souple et confortable. Des pneus larges permettent de rouler sur le sable, mais aussi sur macadam.

Chacun son style !

Aujourd’hui, le développement des modes de déplacement doux met en avant ce genre de vélo comme le digne représentant de la – custom culture – en ville, permettant à chaque personne d’affirmer sa personnalité, au travers des différents styles (chopper, fleurs, déco rétro…).

le Beach cruiser

#16 – Le Fixie

Le Fixie est né dans l’esprit des coursiers de New York, l’idée était de récupérer de vieux vélos de piste, en pignon fixe, sans les freins, simples, efficaces, et sans entretien, pour les utiliser comme outils de travail.

Ces acharnés de l’asphalte qui personnalisent leurs montures lancent une mode urbaine, qui depuis quelques années, envahit les magazines et les endroits fashion.

Véritable représentant de la – custom culture – urbaine, le Fixie commence à envahir les skate parks, ou BMXeurs et skateurs essaient de réaliser des prouesses.

Montures improbables, ces bicyclettes sont également utilisées par les adeptes de Bike-Polo (jeu de polo sans cheval, mais à vélo, joué en équipes sur des places urbaines).

Pour freiner sur un Fixie, le pilote bloque la roue arrière (c’est le skyd) et dérape.

le fixie

Ce qu’il faut retenir

#1 – Le Vélo Tous Chemins (VTC) est polyvalent et adapté pour les balades, seules ou en famille.

#2 – Le vélo Tout-Terrains (VTT) est une discipline qui procure de l’adrénaline. C’est la pratique préférée d’un grand nombre de vététistes.

#3 – Le Fat Bike : dédié à l’origine pour les grands espaces enneigés, mais depuis quelques années, il est aussi utilisé sur pratiquement tous les terrains :  plage, boue, sols rocailleux… 

#4 – Le Bicycle Motocross (BMX) : est un vélo dépouillé de tous les accessoires superflus offerts aux enfants des pilotes de motocross afin qu’ils puissent franchir des bosses comme papa.

#5 – Le All Mountain : est une pratique polyvalente, avec des vélos qui peuvent quasiment tout faire. Le terrain de prédilection est la moyenne et la haute montagne.

#6 – L’Enduro : terme récupéré à la discipline moto, l’enduro est une pratique qui se situe entre la descente et la randonnée.  

#7 – Le Dirt : est une discipline plutôt acrobatique du VTT ; l’objectif est de réaliser des figures difficiles.

#8 – Le Street : dans la même mouvance et la même culture que le skate, – le Street – permet de s’éclater en ville, dans la rue, mais aussi en Skate Park.

#9 – Le Cyclotourisme : consiste à découvrir des sites, des paysages, des lieux et/ou d’aller à la rencontre des populations.

#10 – Le Triathlon : est une discipline sportive qui consiste à enchaîner trois épreuves : eau, air, terre.

#11 – La Course sur Route : se déroulent sur route durant plusieurs semaines, et comportent de multiples étapes.

#12 – Le Vélo Urbain : se pratique en ville.

#13 – Le Vélo à Assistance Électrique : est un vélo équipé d’un moteur électrique auxiliaire et d’une batterie rechargeable.

#14 – Le Vélo Couché : La principale caractéristique du vélo couché est la position semi-allongée du conducteur.

#15 – Le Beach Cruiser : est un vélo utilitaire, très confortable, qui permet au surfeur de transporter ses affaires et sa planche de surf.

#16 – Le Fixie : montures improbables, ces bicyclettes sont nées dans l’esprit des coursiers de New York.

Si vous avez aimé cet article, vous êtes libre de le partager :)

8 commentaires sur « 16 façons de faire du vélo »

  1. Super article ! Très complet
    Le passage sur le fatbike m’a fait sourire, lorsque je vivais au Japon il y avait un vrai engouement pour ce type de vélo très stylé il faut le reconnaître 🙂

  2. Ouaohh, j’en apprends tous les jours!
    Heureusement qu’avec les photos on s’aperçoit qu’on les connait déjà, même sans leur nom ;)!

  3. Whouah génial merci pour toutes ces précisions ! Je ne savais pas qu il y avait autant de façon de faire du vélo, on en apprend tous les jours 😉 Article super complet et très bonne idée d avoir fait un récap à la fin !

    1. Bonjour Sophie,

      Un grand merci pour avoir lu et commenté mon article.

      Bien sportivement,
      Xavier

  4. Une vrai découverte cet article … merci, merci et encore merci …

    1. Bonjour Éric,

      Tous mes remerciements pour ton commentaire.

      Bien sportivement,
      Xavier

Laisser un commentaire

Hackez vos vieilles habitudes !

Recevez gratuitement le livre " 7 articles nutrition & santé "

%d blogueurs aiment cette page :